La photographie sur plaques de verre

La première séance de l'atelier s'est consacrée à une histoire de la technique photographique.    

par Cécile Gonthier (1S) et Léa Lemée-Masson (TS)

Nous avons découvert le fonctionnement d'un appareil photo et les techniques permettant de fixer une image sur les différents supports utilisés au début de la photographie.

Dans un premier temps nous avons testé, grâce à un dispositif simple, le principe d'un appareil photo : le dispositif est composé de deux tubes de carton qui s’emboîtent pour faire l'objectif , d'une lentille convergente et d'un papier calque servant de support à l'image. L'image observée apparaît sur le calque à l’envers et plus petite. Cette technique rudimentaire ne permet d'observer que des objets très éclairés comme la cour du lycée.

Dans un second temps nous avons vu le fonctionnement du daguerréotype, créé par Daguerre en 1839. L'image du daguerréotype est directement mémorisée sur une plaque de verre, préalablement recouverte de nitrate d'argent et d'un fixateur (de l'albumine). Pour l'époque, le daguerréotype est très avantageux puisque le temps de pause est relativement court (environ 30 minutes) et l'image ainsi obtenue est d'assez bonne qualité pour l'époque. L'inconvénient de cette technique est le support puisque une image sur plaque de verre ne peut être tirée qu'en un seul exemplaire.

Le film celluloïd créé en 1884  par George Fastman, supplante le daguerréotype car il permet de stocker plusieurs images et d'en tirer de multiples exemplaires.